Archives de catégorie : DMM City

La tête de Pancho Villa

La tête de Pancho Villa a été volée après sa mort. Mille histoires et rumeurs courent sur le sujet. En écrivant DMM City, nous en avons recencé un grand nombre. Pendant l’écriture de DMM City, nous n’avons jamais tranché la question de savoir si notre Doroteo était réellement Pancho Villa ou non. Il a l’âge (124 ans), ce pourrait bien être lui. L’épisode 6 est quand même intitulé « La tête de Pancho Villa ».

À la fin de la série, Dortoeo meurt, et nous voulions faire un sort à sa tête. Il existe une version du douzième et dernier épisode dans laquelle il est décapité par un camion au bord d’une petite route mexicaine. Nous sommes plus sobres dans la version définitive: Carlos Fuentes, le détective obtient l’autorisation d’inhumer le corps de Doroteo à Chihuahua dans la tombe de Pancho Villa, après avoir fait constater qu’elle était vide. Lors de la cérémonie, les enfants forcent le cercueil et découvrent le corps de Doroteo sans tête, et l’air coupable de Fuentes. Nous entamons probalement l’écriture d’une version radiophonique de DMM City à la rentrée. Mais ce n’est pas cela qui me fait écrire ces quelques lignes sur la tête de Pancho Villa. Je lisais hier soir le premier livre de la série que James Lee Burke a consacrée au lieutenant de police Dave Robicheaux, La pluie de néon. Et je suis tombé sur le récit le plus incroyablement fantaisiste concernant la tête de Pancho Villa:

« Je songeai aux compagnons de route de Pancho Villa qui avaient trouvé son assassinat et la fin de son ère de violence tellement inacceptables qu’ils avaient déterré son cadavre, sectionné la tête du tronc avant de la placer dans une énorme bombonne de verre pleine de rhum blanc et emporté le tout dans une Ford Modèle T jusqu’aux Monts Van Horn aux abords d’El Paso, où ils lui avaient donné une sépulture en le recouvrant sous un tas de roc orange. Des années durant ensuite, à la nuit tombée, ils avaient dégagé les pierres, bu le mescal, fumé la marijuana en s’adressant au visage en rictus tout bouffi, flottant derrière le verre. »

Ce serait une très jolie scène à filmer, non?

La croisade des enfants

Pas du tout respecté mon programme (la réécriture du film de Didier Nion, entre autres), je viens d’achever le livre de Florina Ilis, « La croisade des enfants ».

Au-delà des similitudes déroutantes avec « DMM City » (comme dans notre feuilleton, elle a un Harry Potter, une scène dans laquelle les enfants dresse la liste de leur revendications, une autre où ils découvrent des armes – avec les plus petits qui râlent pour en avoir comme les grands, sans parler du site Internet « le temps de l’innocence » qui dévoile au jour le jour les événements du train: si le livre n’avait pas été écrit en 2005, j’aurais pu jurer qu’elle avait eu notre scénario entre les mains), il y a nombres d’articulations très réussies dans le livre. Le début est laborieux, la fin est ratée. Le reste est tout à fait passionnant. J’ai pris des notes, j’ai réfléchi.

Du coup, je meurs d’envie de me replonger dans DMM.
Avec la certitude que nous sommes juste là où il faut (sur les enfants de banlieue, là où elle est sur les enfants des rues en Roumanie). Il y a des leçons à tirer du livre, certainement. À chaque page, je retrouvais la nécessité et l’évidencequ’il fallait mener ce projet à terme. Pourquoi pas un feuilleton radiophonique, ce serait un très bon premier pas. Un bon gros feuilleton, long et ambitieux.

 

Résumé du livre

L’histoire commence un matin, sur le quai d’une gare, quand un groupe d’enfants part vers la mer Noire, en colonie de vacances. Stoppé en pleine campagne par les écoliers, leur train ne parviendra pas à destination. Aidés par Calman, « Tsigane blond à peau blanche », les enfants vont y organiser leur propre vie devant des troupes spéciales déconcertées et des médias avides de nouvelles sensationnelles. Ce qui n’était au départ qu’un jeu pour les enfants, prêts à en découdre avec le monde réel ou virtuel des adultes, devient une véritable affaire d’Etat. On évoque la présence d’un groupe de terroristes voulant déstabiliser le gouvernement ; on pense par la suite à des malfrats, des trafiquants en tout genre – hypothèse encouragée par l’arrivée massive d’enfants des rues sur les lieux, qui demandent la liquidation des orphelinats et des foyers d’accueil. Les médias, la police, l’armée, les professeurs ou les parents, la société entière, semblent incapables, pour un temps, de mettre fin à la « croisade des enfants », qui exigent le respect de leurs droits et de leurs libertés. L’issue sera précipitée dans une confusion générale et nul ne sortira indemne de cette aventure où le burlesque le dispute au tragique. La Croisade des enfants est une
fresque du chaos postcommuniste roumain, confronté à ses propres dilemmes : enfance et jeunesse déboussolées, progrès et adaptation, politique et corruption, innocence et compromis…

La croisade des enfants, de Florina Ilis, Editions des Syrtes.

Justice des enfants

L’écriture du Mur du silence progresse.

A l’occasion d’une séance de travail avec Barny, nous croisons Serge Lalou, au détour d’une travée des Films d’Ici.

Nous sommes des auteurs qui proposons. Nous débarquons toujours chez les producteurs avec des projets qui nous semblent indispensables. Il est rare que cet avis soit partagé par les diffuseurs.

Le temps est froid. Je suis resté coincé sous la neige pendant deux semaines. L’humeur est particulière. Alors que ce n’est pas dans nos habitudes, nous interrogeons Serge sur ses désir de production. Pourquoi pas, pour une fois, essayer de sentir le désir des responsables de programmes… histoire de voir si quelque chose nous plairait.

Du bout des lèvres, Serge lache: « La justice des enfants, fiction, une série ».

Bien sûr, il sait qu’il fait mouche. S’il y a bien un sujet fort à la périphérie de DMM City, c’est celui-là.

Réfléchissons un instant. D’un côté il y a l’ordonnance du 2 février 1945, de l’autre le discours de Sarkozy à Grenoble le 30 juillet 2010.
Depuis novembre, Michel Mercier, notre Garde des Sceaux, s’échine à expliquer que les orientations actuelles en matière de justice des mineurs ne sont que des réformes parmi d’autres, qui s’inscrivent dans la longue liste des textes qui réforment ladite justice des mineurs depuis le début du siècle.
Le début du siècle? Oui, le début du siècle. Il insiste: pourquoi vouloir sacraliser l’ordannance de 45, elle qu’un texte parmi d’autre, la justice des mineurs existe depuis le début du siècle!
Certes. Mais l’ordonnance de 45 n’est certainement pas un texte parmi d’autres. C’est elle qui définit le mineur, non pas comme un adulte en réduction, mais comme un adulte en devenir. C’est elle qui définit le mineur délinquant comme un individu dont la société est responsable et qu’elle doit protéger (le texte n’a-t-il pas été écrit, entre autre, pour protéger les millers d’orphelins issus de la guerre?). Comme nous ne cessons de le répéter dans DMM City (sans trouver beaucoup d’écho), il s’agit bien de nos enfants. L’insistance de Mercier à reléguer l’ordonnance de 45 à une réforme parmi d’autre est délibérée et suspecte.

Continuons à réfléchir. Nous allons bien trouver une idée. Quelque chose de simple qui, sans être insistant, montrera le grand écart entre 1945 et 2010.

Nous avons vu « Parc » hier

Autant commencer par une phrase simple : « Parc », de Arnaud des Pallières, est exemplaire et remarquable.Le film est d’une très haute tenue. A l’exception d’Arnaud, personne en France, n’est capable de se hisser à cette position (il y a trente ans, peut-être y en avait-il quelques-uns). C’est sans doute cela qui exaspère la critique : « Comment donc des Pallières ose-t-il jouer dans la cour des grands ! ». Les critiques auraient sans doute encensé le film s’il avait été réalisé par un Gus Van Sant ;  des Pallières est à ce niveau d’exigence et de compréhension du cinéma.

Nous avons été heureux et étonnés de retrouver une thématique qui nous est chère (notre lecture du film est fortement orientée) : cette violence, au centre du film, que nous ne pouvons comprendre parce qu’elle ne s’inscrit pas dans une suite logique de causes et d’effets et qui n’est pourtant en aucun cas gratuite.
Sans vouloir nous mettre, Yves et moi, sur le même plan, j’avais l’impression pendant toute la première partie du film, d’être face au hors-champ (cinématographique) de « DMM City » ; ou que « DMM City » était le hors-champ (télévisuel) de « Parc ». Troublant et réjouissant.

J’apprécie, ô combien, que le film ne cède pas à la facilité du thriller qui l’aurait dénaturé. Et en ce sens, j’ai des réserve contre la bande annonce, qui suggérait cette direction.

Je trouve le positionnement politique du film très juste. Je  retrouve une caractérisation de la bourgeoisie qui s’inscrit, à mon avis, très bien dans une perspective de lutte des classe, renouant ainsi avec une lecture sociale issue de la fin des années 60. Choix juste s’il en est lorsqu’on cherche des clés pour décoder cette violence exposée dans le film.

Par goût personnel, je regrette sans doute certains choix de dispositifs narratifs ou de mise en scène qui ont tendance à fermer le film à un plus large public plutôt qu’à l’ouvrir. Mais les regrets son ténus. Je comprends certains de ces choix et ne peux que convenir qu’ils sont les meilleurs. Le cinéma (par opposition à la télévision) est sans doute là pour cela, justement… faire les meilleurs choix quitte à fermer certaines portes.

Il y aurait mille autres choses à dire. Tel plan, telle idée, telle scène ; content, pas content ; intrigué ou emballé. Je m’arrête là.

Un réalisateur pour « Gerboise bleue »

Nous cherchons un réalisteur pour Gerboise bleue.

Nous sélectionnons et visionnons des films. Nous cherchons une clé qui nous donnerait envie de faire lire le projet.

L’Afrique, Sarajevo, Beyrouth, Buenos Aires, le mélange entre fiction et documentaire, budgets serrés la plupart du temps, équipes réduites, on est bien dans les problématiques de Gerboise bleue
Voir ces films et penser à ces réalisateurs est pertinents, cela fait avancer notre réflexion, notamment sur les spécificités du projet.
La qualité essentielle après laquelle nous courons est une capacité de recul et de mise à distance. De l’humour, de la légèreté, de la désinvolture et de la dérision.

Synthèse des films visionnés

Voici quelques impressions à la volée, synthèse de nos visionnages (nous ne sommes pas toujours d’accord).

Continuer la lecture de Un réalisateur pour « Gerboise bleue »

Aix-les-Bains / Réalisateur

Tout le petit monde de la télévision est très agité. Ils n’ont qu’un seul mot à la bouche: directeur artistique.
C’est lui qui donnera son identité visuelle à la série. C’est lui qui sera capable de se projeter dans l’avenir pour que la série soit encore au goût du jour au moment de son arrivée à l’antenne, parfois deux ou trois ans après sa création.
En définitive, ils nous parlent d’un réalisateur. Non?

A ces réflexions agitées s’est ajoutée la présence des Québécois. Minuit, le soir, de Pierre-Yves Bernard (le scénariste) et de Podz (le réalisateur). Un certain émoi a parcouru Aix-les-Bains. Très bonne direction d’acteur, réalisation, image, son… C’est bien. C’est homogène. Pour le dire simplement: on sent qu’il y a un réalisateur là-derrière.

Continuer la lecture de Aix-les-Bains / Réalisateur

Aix-les-Bains / « La Commune »

A Aix-les-Bains, nous assistons à la projection du premier épisode de « La Commune ».

Réussi et intéressant.
Cela crée un précédent en terme de représentation de la banlieue et de sa violence. Cela nous en dégage et nous permet d’aller plus franchement en direction du romanesque et du rocambolesque, en direction de la fiction épique. A cheval, tout immédiatement!
A eux la reconstitution sociale, à nous l’essence de la fiction!
Nous ne pouvons pas faire comme si ça n’existait pas: ne le faisons pas. Et merci FDLP!
La qualité de réalisation et de narration est bonne. La série se démarque très largement de tout ce que nous avos vu. Cela nous permet et nous impose un pas de plus dans la direction de l’innovation.

Aix-les-Bains / La télévision a changé

Nous sommes à Aix-les-Bains. Nous y rencontrons les autres scénaristes qui, comme nous, écrivent pour la télévision. Ils ont l’air très sérieux. Et ça ne les empêche pas parfois, de dire des choses intéressantes. Surtout lorsqu’ils sont canadiens!

La manière de regarder la télévision a profondément changé.

Pendant des années on a seriné la leçon suivante : il faut capter l’attention, il faut pallier au défaut d’attention, répéter encore et encore les informations clés pour être sûr qu’elles atteignent les spectateurs.

Mais aujourd’hui, le spectateur enregistre, le spectateur regarde la fiction sur DVD ou en VOD, il la télécharge : il choisit le moment où il regarde, il choisit de consacrer son attention à ce qu’il regarde.

Ce changement de comportement se conjugue avec la généralisation de la HD et des écrans plats. Ce phénomène est bien moins technologique et anecdotique qu’on peut le penser. La taille des écrans augmente. 1 mètre de base, en moyenne, pour ceux vendus aujourd’hui ; 1,80 mètre pour ceux qui seront vendus en 2010. Dans ces conditions, la qualité de diffusion est très proche du cinéma.

Ces deux éléments conjugués sont les raisons principales d’un nécessaire changement de la production de fiction pour la télévision. Autant sur le fond (qualité de l’attention) que sur la forme (qualité de la chaîne de diffusion). La fiction à télévision ne peut plus être ce qu’elle était. Elle se rapproche aujourd’hui du cinéma.

S’il est besoin d’un exemple pour étayer ce raisonnement, citons l’expérience américaine (pour changer !). Aux États-Unis, ce double changement est intervenu au début des années 2000. La télévision américaine a pris ce virage, s’adaptant aux changements de comportement et aux évolutions technologiques. Et c’est précisément l’époque où l’écart entre les séries américaines et les séries françaises s’est creusé. Vingt ans plus tôt, il y avait très peu de différence entre un Navaro et un Colombo. Regardons aujourd’hui le fossé entre un Louis la Brocante et un Jack Bauer…

Au travail

Un mois de négociation et de discussion.
Discussions financières. Discussions méthodologiques.
Demain, nous reprenons le travail: l’écriture de douze synopsis développés et séquencés, donc.

250 pages, 500 séquences.
Réorganiser, découper, écrire: créer un feuilleton. Le feuilleton.

Un moins pour mettre tout à plat. Puis, discussion avec les producteurs et validations de nos choix (!).
Trois mois supplémentaires pour pondre le document.

Rendu à France2 fin janvier 2008!

Moustache

Je me laisse pousser la moustache.

Ses cheveux ont l’air d’être peignés avec un marteau pied-de-biche, et il a une de ces moustaches tombantes de bandit mexicain que plus personne ne porte, pas même le bandit mexicain moyen. En 1979, le reste du monde a continué de tourner, mais Billy ne s’en est pas aperçu.
Dennis Lehane – Un dernier verre avant la guerre.

Je suis sûr que la moustache nous portera chance.

Email aux producteurs

Las Vegas. Je suis dans ma chambre d’hôtel. A Paris, tout le monde s’agite: il est question de faire entrer un nouveaux producteur dans la danse de DMM City : Jérôme Minet.

J’écris à mes producteurs, Sophie Goupil et Serge Lalou:

Je suis resté à Las Vegas. Après quelques jours d'adaptation - c'est Vegas tout de même - j'ai enfin trouvé mon rythme. J'ai sorti l'ordinateur, je me suis installé. Prêt au travail. Parlons sérieusement. Acceptons effectivement de suivre Minet, les yeux bandés (peut-être la tempête vous a-t-elle frappée?). Mais tirons-en le meilleurs parti et profit. J'ai fait les calculs et les comparaisons:
Au Circus Circus, la chambre coûte 31$ la nuit, auxquels il faut ajouter 9$ pour la connexion wi-fi et 12$ pour une voiture (une Pontiac, coupée, noire, question de standing). La nourriture n'est pas chère, comptons 30$ par jour par personne.
Après discussion, le Circus Circus est prêt à baisser le prix de la chambre à 29$ et la connexion Internet à 5$ si nous restons plus d'un mois.
Cela me paraît raisonnable. Cela me paraît correspondre au temps nécessaire (32 jours) à l'écriture du texte demandé.
Bien sûr, il y a le billet d'Yves, plus le surcoût de la modification de mon billet de retour. Mais Delta Airlines (presque en faillite) pratique des prix très avantageux. Et le dollar est si faible par rapport à l'euro.
Je vous laisse faire le total et le communiquer à Minet.
Faites-moi parvenir sa réponse par email Signalez-lui toutefois que chaque jour qui passe augmente mes faux-frais et retarde d'autant la négociation officielle avec le Circus Circus.
Quant à la fièvre du jeu - c'est Vegas tout de même - ne vous en faites pas, j'ai trouvé une forme de martingale qui me permet de ne perdre que 2$ par nuit (en comptant qu'ils offrent deux verres de Wild Turkey aux joueurs, c'est une affaire). Je les prends volontiers à ma charge.
Je vous embrasse.

Direction Las Vegas

Demain je pars pour Las Vegas, écrire un scénario. Un autre scénario, sans rapport aucun avec DMM City.

J’abandonne derrière moi les personnes et les représentations qui me sont familière. Adieu Doroteo. Dors bien, en espérant que ce ne sera pas de ton dernier sommeil. Mais là-bas, je retrouverai tes compagnons et leurs montures indiennes, laissant derrière eux un nuage de poussière alors qu’ils s’éloignent dans la plaine ou disparaissent derrière un défilé rocheux. Et si nous avons de la chance, et si nous sommes assez rapides, peut-être approcheront-ils de nous plutôt que de s’éloigner ? Sera-ce un bon augure ?

Note de propos

Faut rebondire. Alors on écrit des choses nouvelle. Une « note de propos ».

Juste en vrac pour ne pas oublier, quelques éléments pour ladite « note de propos »

PROPOS:
Questionnement sur la violence.
Questionnement sur le mythe.
Et au croisement des deux, comment naissent les héros sanguinaires d’aujourd’hui.
[cf. ancien dossier de présentation + notes]

VIOLENCE:
Espace de transgression. Violence sans motivation ni revendication.
Fuite en avant: les moyens augmentent sans cesse, les résultats baissent sans cesse.

La réaction à cette violence: policière primaire. Les autres qui pourraient réagir: Catherine et Valentine, décident de laisser faire, de suivre. Pas d’autres alternative à proposer. Dissolution de Catherine dans la violence des enfants. Altération de Valentine.
Altération aussi de Sean Penn et de son discours.

Mouvement social, évidemment, mais dépolitisation. [cf. rapport des RG commandé par Villepin: le communautarisme, présenté comme cause et non comme conséquence.]

Les enfants soldats….

Les perspectives, où se placent les émeutes d’octobre, les précédentes?

MYTHE:
Le héros sanguinaire.
Le mythe c’est Doroteo. Il n’est que la projection de ce que les autres voient en lui. Il calque son comportement sur leurs aspirations. Il devient le portrait qu’en a tracé les médias. Il devient ce que Fuentes cherche obsessionnellement à son sujet. Il devient, il est, il est dépassé, il court pour être au premier rang.

Sean Pean et les îcones de l’histoire.

CONCLUSIONS
Le mythe est-il soluble dans la violence? Non, la violence l’amplifie.

La violence est-elle nuisible? Non, elle est d’autant plus indispensable qu’elle est inutile: le charme des causes désespérées…

Terminologie

S’il y a un enseignement concret à tirer des discussions avec Fabrice de la Patellière, c’est bien celui sur la désignation de DMM City.
Le mot « série » est réservé à quelque chose de très étroit, très formaté, dans lequel les interlocuteurs ne voient que les codes définis. « Engrenages » est ce qui peut se faire de plus innovant en terme de série.
Le terme « feuilleton » est sorti du vocabulaire, il ne veut tout simplement plus rien dire (il ne sert plus qu’à désigner « Plus belle la vie » sur France3).
Reste le terme de « mini-série » qui désigne des format aussi variés que 2×90′ ou 8×100′. Le seul point commun étant histoire close, hors cadre de la série traditionnelle. Il existe une variante, sans doute assez adaptée à DMM City: « mini-série de prestige« .

Je pense donc qu’il faut trancher: s’accorde-t-on sur « DMM City est une mini-série de prestige de 8×90′« ?

Riots in France – suite…

Hier, premiers coups de feu tirés sur les forces de l’ordre.
Les émeutes s’étendent à Nancy.

Contrairement aux chaînes françaises, CNN diffuse de très nombreuses interviews des jeunes dans les cités. Nombre d’entre eux répondent en anglais à la journaliste. Etonnement, la concentration nécessaire pour ce faire modère le discours. Les mômes autour sont étonnement plus calme quand l’interviewé s’exprime en anglais (respect de son effort?).

CNN Headlines: riots in France

Des incidents à Clichy-sous-bois. Une semaine plus tard, les voitures brûlent dans douze villes de la banlieue parisienne.
Ces échos successifs ressemblent furieusement à ceux que nous avons mis en place dans DMM.
Et plus encore…
Je regardais hier la chaîne parlementaire. Les députés s’écharpaient, se déchiraient, s’accusaient mutuellement. Plus insensé que dans ces bribes que surprend Catherine Guérin avachie dans sa chambre d’hôtel.
La présentation des événements par CNN résonne comme celle que nous avons imaginée. « Riots in France » est le titre principal de WoldNews depuis trois jours, loin devant « The bird flu ». Images sensationnelles et commentaires lapidaires à l’appui.
Idem sur Al Jazeera. Les commentaires en arabe s’enchaînent sur les images des voitures en feu.

Anticipation politique

Thomas dit:
Une question précise pour commencer: Fuentes a-t-il vu le visage du sous-commandant Marcos?
Je réfléchissais ce matin autour de cette idée justement. Marcos, Saddam Hussein, Kadhafi, Chirac, Bush, Sarkozy, Sean Penn.
Insensiblement (parfois très sensiblement), nous avons glissé des références issues de la réalité dans le texte. A mon sens, ce n’est pas anodin, nous tentons de donner de la réalité à cette situation incroyable en la plaçant dans un contexte concret.
Cette idée « d’anticipation politique » me gêne aux entournures. Comme si cette prospective annoncée mettait finalement (et paradoxalement) la réalité de la situation hors-jeu.
Et si nous raisonnions à rebours: cette histoire est arrivée. Ca s’est passé en 2005, à l’époque où Chirac et Sarkozy étaient à l’Elysée et place Beauvau. A l’époque où… ????
Je ne sais pas, c’est une réelle interrogation.
Et puis, une autre idée, plus ponctuelle, me trottait en tête. Et si… la montée sur Paris se déroulait en novembre 2004 (ce serait Villepin à l’intérieur et non Sarkozy). L’événement déclencheur de la montée serait: l’agonie d’Arafat -> Sean Penn rapplique à Paris en fanfare pour rencontrer le leader Palestinien. Et la charge sur Paris se déroule en parallèle avec les honneurs militaires rendus à Arafat à Villacoublay et à Rammalah. Une telle idée ancrerait certainement tout cela dans une réalité… comment dire… très réelle.
Mais peut-être l’événement n’est-il pas assez spectaculaire… et un peu trop signifiant. Parlons-en.

Yves répond:
« L’anticipation politique » nous sommes pile dedans, avec ses pièges, quelle attente ?
Pour la question précise : Fuentes connaît bien Marcos… Et pour aller plus loin, en me posant justement les questions trame du passé, j’ai eu les mêmes problèmes que tu évoques. Nous avons à nous justifier, ce n’est pas le ressort d’un feuilleton, même d’anticipation politique. La force du feuilleton est de dire : ceci est arrivé et nous allons vous raconter de quelle façon ça c’est passé puisque nous nous savons tout, sinon c’est un sitcom, plus belle la vie. Et même le côté « nous allons vous dire ce qui se passerait si… » n’est pas réaliste ou crédible, car nous n’allons pas anticiper sur le comportement d’un Sarkozy prenant la tête des armées et destituant le président ou je ne sais quoi. Nous racontons une majorité de faits qui ont eu lieu, Fuentes et son enquête, Marcos, Ross, Sean Penn, il serait assez logique de prétendre que tout a eu lieu, mais nous ne sommes pas sortis de l’auberge. Pourtant nous savons bien que ce serait plus facile à défendre que prétendre dire ce qui va ou même pourrait se passer, y compris vouloir montrer le fonctionnement de l’état dans six mois, les armes de la police dans six mois, etc, nous serons de toute façon à côté de la plaque (d’un point de vue strictement crédible ou réaliste).
La question est posée. La lecture sera précieuse avec ça derrière la tête.