Des personnages à foison : Luis Fuentes

Luis Fuentes (50 ans)
Emiliano Zapata avait une tâche de vin sur la poitrine. Lorsqu’il a été abattu en 1919, le corps exposé sur la place du village n’avait aucune tâche de vin.
Nombreux, au Mexique, sont ceux qui pensent que Emiliano Zapata n’est pas mort en ce jour de 1919. C’est la légende. Et une part d’espoir.
Luis Fuentes est détective privé. De ces détectives privés dont les manières et la dégaine sont directement importées du proche voisin Nord-Américain.
Depuis le début de sa carrière, Luis vit sur un bon filon. Il est payé, année après année pour retrouver Emiliano Zapata. Le temps passe et il est plus que probable que Zapata, même s’il n’a pas été tué dans cette embuscade en 1919 soit mort de sa belle mort. Peu importe, il enquête. Un historien avec des méthodes de détectives.
Alors lorsque lui parviennent les échos du retour de Pancho Villa dans le Sud de la France, son sang ne fait qu’un tour. Villa n’est pas Zapata. Mais quand même… ils se sont connus, ils se sont côtoyés. Si l’un est revenu, pourquoi pas l’autre. Peut-être Pancho sait-il ou se cache Emiliano. Après tout, un revenant de 120 ans, on a vu des choses bien plus étranges.
Luis rejoint la cité insurgée. Et c’est lui qui (re)construit la mémoire de Doroteo, lui qui connaît si bien les péripéties et les rebondissements de ses campagnes mexicaines. Doroteo retrouve ses souvenirs, Doroteo se réapproprie les souvenirs, les transforme en autant de solutions sur le terrain. Il vit une deuxième fois.

Canal+

Rendez-vous avec le directeur de la fiction de Canal+, Fabrice de la Patellière.

Serge le connait. Pas nous.

Il écoute bien, il est intelligent et sensible.
Nous avons pu exposer, expliquer, défendre, convaincre, avant même de lui remettre le premier dossier.
Si seulement tous les responsables dans les chaînes de télévision pouvaient être comme celui-là!

Des personnages à foison : Ross Richter II

Ross Richter II (35 ans)
Ross est un jeune journaliste américain qui travaille pour Newsweek. C’est un journaliste de gauche. Au fil de sa courte carrière, il n’a cessé de mettre les pieds dans les traces qu’a laissé son père lorsqu’il était agent de la CIA.
Spécialiste de l’Amérique Latine, chaque enquête menait Ross à dénoncer les dégâts causés par la politique de la CIA. Son père est aujourd’hui retiré dans une petite ferme du Michigan. Mais il a été agent opérationnel pendant quarante ans. Chaque visite de Ross se termine en pugilat. Renversement de gouvernements, déstabilisation économique, encouragement des trafics. Dans quoi son père n’a-t-il pas trempé ?
Il y a quelques mois, Ross s’est installé à Mexico. Il y a rencontré Amalia avec qui il s’est installé. De recoupement en discussion, il n’a pas tardé à découvrir que le père d’Amalia avait été arrêté et torturé par son propre père. Il n’a rien dit, mais ça a été le début d’une fuite. Dès que Newsweek appelle, voilà Ross sur le départ. Plus la destination est lointaine, plus elle est dangereuse, plus il est prompt à accepter.
C’est ainsi qu’il se retrouve dans le Sud de la France pour couvrir cette improbable situation insurrectionnelle.
Mais Ross, contrairement à son père, n’a rien d’un baroudeur. Il est toujours au mauvais endroit au mauvais moment. Quelques jours à peine après son arrivée, le voilà pris entre deux feux, sa voiture renversée lui servant de maigre bouclier. Ross est sûr qu’il va mourir. Et il consacre ses dernières minutes à tenter de joindre Amalia pour lui dire… que son père a torturé le sien.
Et encore, il est loin de penser que son père n’est pas si loin. Sa retraite n’est qu’une image. Depuis plusieurs années, il a focalisé son attention et ses connaissances sur les réseaux islamistes. C’est lui que la CIA a expédié sur le terrain lorsque les cités ont commencé à se révolter dans le Sud de la France.

Des personnages à foison : Valentine Rouvert

Valentine Rouvert, dite « Pepita » (25 ans)
Valentine est professeur de Sciences de la Vie et de la Terre. Affectée en Z.E.P. comme tous les jeunes professeurs, elle a vite affermi sa position auprès des enfants.
Pourtant son arrivée dans le lycée fut agitée. Deuxième jours du Ramadan, les élèves incendient la poubelle et font valser les chaises et les tables à travers les fenêtres. Valentine ne s’est pas démontée.
Sans doute sa moto rutilante y est-elle pour quelque chose dans cette hésitation qui flirte parfois avec le respect dont font montre les élèves à son égard. Son surnom énigmatique : Pepita, certainement aussi. Pourtant Valentine n’a rien d’espagnol, yeux bleus, cheveux clairs et teint blafard. Pepita ? Certains des frères aînés jurent que lors d’une virée en Espagne pour acheter de l’héroïne, ils l’ont vue danser le flamenco sur une table de bar. Certainement le fait qu’elle puisse se débrouiller en arabe participe-t-il à ce respect.
Toujours est-il que c’est elle que le proviseur a envoyée en première ligne pour parler aux élèves lorsqu’un des grands frères a été poignardé devant la grille de l’établissement. C’est elle qui a encaissé les cris, les pleurs et la colère.
Hors de la cité, hors du lycée, Valentine perd un peu de sa superbe. Hésitante, inquiète. Elle traîne avec elle une insomnie perpétuelle. Une sorte de boulet qui la rend parfois hagarde pendant ses longues périodes de veille. Elle tombe, elle s’effondre, elle dort, quelques minutes à l’abri des regards.
Lorsque la cité bascule, c’est la seule à ne pas fuir. Une curiosité qui frise l’inconscience. Elle a entendu parler de Doroteo, depuis des semaines déjà, au sein du lycée.
Elle ne se rend pas compte qu’il entretient une relation très ambiguë avec tout ce qu’elle représente. Le savoir. Une école que les enfants décrient.

« Valentine Rouvert, le professeur de Sciences de la Vie et de la Terre de la cité ! […] Ses cheveux d’un blond dense sont coupés courts, couvrant à peine sa nuque. Elle a un corps athlétique, un peu massif, et cette aisance impudique propre aux naturistes. L’aréole de ses seins est très foncée.« 

Compère en production

Sophie Goupil propose de faire rentrer Serge Lalou (Les films d’Ici) dans la danse.
Je suis pour! Je le connais. Je l’apprécie. Il travaille bien.
Et surtout, je pense qu’ils feront une très bonne paire: bon filc, méchant flic. Lequel est qui?
Et aussi, on pourra dire: « Oh, ils se sont mis à deux pour produire ce feuilleton… ça doit être quelque chose d’important alors ».

Ouf !

3 saisons de « 24« , 9 saisons de « The X-Files« , « Six Feet Under« , « The Sopranos« , « Oz« , « Carnivale« , et j’en passe. En six semaines, j’en ai bouffé, de la sérié. J’ai réfléchi, j’ai pris des notes, j’ai pas beaucoup dormi et je me suis régalé.

Des personnages à foison : Catherine Guérin

Catherine Guérin (55 ans)
Catherine est commissaire de police. Elle arrive à la fin de sa carrière avec tous les honneurs dont peut rêver un policier. Normalement, elle aurait dû finir au Quai des Orfèvres, mais elle a préféré la province. Son indiscipline, son indépendance, ses silences et ses facéties, ses trop nombreux détachements à l’étranger y sont certainement aussi pour quelque chose. Elle a formé les policiers de l’autorité Palestinienne à Gaza, elle a étudié la génétique au Canada, elle a participé à l’élaboration des fichiers informatiques Franco-Allemands. Elle a vadrouillé grâce à son métier, comme elle a papillonné dans sa vie. Catherine est mariée depuis trente-cinq ans avec Victor. Mais il lui faut plus de doigts pour compter les hommes avec qui elle a vécu que les mois qu’elle a passé avec Victor. Presque autant d’histoires d’amour que de voyages. Et une étrange relation qui s’est construite avec Victor.
Victor écrit des romans policiers, il tente d’écrire. Et ce n’est qu’au sein de ces manuscrits qui s’empilent sur les étagères qu’il évoque, avec un certain humour, les aventures de Catherine, tuant par procuration le petit ami du jour.
Comme deux vieux complices. Mais Catherine sait que la relation est loin d’être équilibrée. Elle est heureuse, il est triste.
Depuis quelques mois, depuis son départ dans le Sud de la France, elle sait que Victor a une aventure. C’est une sorte de soulagement au-delà de toute espérance. Enfin, Catherine n’est plus l’héroïne de ces romans inachevés, un homme prend sa place et se dessine sous la plume de Victor. Catherine ne dit rien, elle considère que ce n’est pas son rôle, surtout pas. Pourtant, elle a quelques réserves. L’élu du cœur de Victor s’appelle Paolo. C’est un ancien brigadiste italien. Un de ceux menacés d’extradition. Elle n’a rien à redire. Mais elle a peur que Victor ne se brûle les ailes.
Bien que les événements dépassent les simples compétences de la police, c’est à Catherine qu’échoit « l’affaire Pancho Villa ». S’il y a une chose dont elle est sûre, c’est que le travail des différentes agences de renseignement sur le terrain est particulièrement médiocre. Mauvaise interprétation des événements, infiltration de tous les groupes sauf ceux concernés par le soulèvement.
Et il y a la coopération. Les RG, la DST, la DGSE, passe encore. Ils sont juste bêtes et stupides. Mais cet infâme type de la CIA et ses discours patriotiques tout droit sortis d’un mauvais film catastrophe, non ! C’est sans doute l’espagnol de la CESID qui plaît le plus à Catherine. Patricio est exubérant, mais discret. Le seul à ne pas se la jouer. Le seul à la traiter correctement. Le seul avec qui elle peut écluser les bars à la nuit tombée. Le seul à porter quelque chose de vrai dans le fond de son œil, une image du 11 Mars encore battante.
La fille de Victor a suivi sa belle-mère dans le Sud. Depuis son arrivée, elle sort avec Steve, un jeune garçon issu de la cité. Un de ceux qui en est sorti. Catherine hésite, mais elle aimerait l’y faire replonger, se servir de lui pour entrer en contact avec Doroteo. Mais elle souhaite préserver sa belle-fille.
C’est l’ensemble de la famille qui finit par plonger. Le brigadiste de Victor a pris fait et cause pour les insurgés ; il descend rejoindre Catherine dans la tourmente. Victor replonge à son tour, happée par la fibre du roman policier, ne voulant à aucun prix passer à côté de ces événements qu’il trame déjà en un entrelacs romanesque.

« Catherine a la cinquantaine largement passée, elle n’en dit pas plus. Elle a un charme fou, mélange de séduction et de vraie désinvolture. Elle est en jeans et porte un chemisier sombre, ses cheveux sont détachés et en désordre. […]Le teint hâlé de Catherine contraste avec la mine blafarde de Victor. Il a 40 ans, mais c’est Catherine qui virevolte autour de lui.« 

Alors? Alors!

C’est bon, non?
Nous avons rédigé 12 versions du dossier de présentation.
Courts, longs. Intelligents ou stupides.
Alors? Il se passe quoi?

Sans doute se passe-t-il quelque chose de ténu…
Yves et moi n’avons jamais écrit pour la télévision. Il écrit des livres. J’écris des scénarios pour le cinéma.
Sophie Goupil produit des longs métrages pour le cinéma et des documentaires pour la télévisions.

Il faut forcer la porte de la fiction télévisée. Rencontrer ceux qui produisent toutes ces belles choses pour al télé françaises. Navaro. Louis la brocante. Juge et flic… Que sais-je? Qu’en sais-je? Je n’en ai jamais regardé.

Ca c’est une idée! Laissons Sophie à son travail. Je vais me mettre au mien: je vais regarder la télévision.

Des personnages à foison : Tomás

Tomás (92 ans)
Il nous faut un personnage calqué sur le vieil écrivain qui rejoignit les villiste et fut exécuté par Fierro. Mais cette fois-ci, il devient le compère de Doroteo. Il est presque de son âge, de sa génération.
Il nous faut ce personnage du vieux que Doroteo « retrouve ».
Tomás est un ancien républicain espagnol. Il a passé les Pyrénées en 39 et fait partie de ceux qui ont échappé aux camps. Il s’est fait embaucher dans une des mines de fer de la région, y a travaillé jusqu’à la fermeture en 1965.

« Dans l’une des chambres, un pensionnaire est réveillé, il est assis dans un fauteuil, tout habillé, une veste sombre et difforme, et même les chaussures aux pieds, de vieilles galoches. Massif, les épaules larges, mais sans embonpoint, le vieil homme a le visage buriné, une moustache bien fournie et une épaisse tignasse.« 

Des personnages à foison : Doroteo

Bien sûr, nous sommes encore loin d’entammer réellement l’écriture.
Mais déjà, nous commençons à vivre avec les personnages de DMM City autour de nous…

Doroteo (124 ans)
Doroteo est un homme sans mémoire et sans passé. C’est un vieillard perdu qui s’approprie la mémoire d’un autre. Il rentre dans la peau de Pancho Villa et s’étonne lui-même qu’elle lui aille si bien.
Il écoute les récits et les digère. Récits d’enfants et d’adolescents qui ne lui transmettent que des bribes, qui construisent une image simple de héros sanguinaire. Récits plus sophistiqués, lorsque les mexicains entrent en jeu. Et l’image s’affine. Doroteo vit – revit – partie de cette histoire passée et enterrée. La prise du train, l’utilisation des mirages, la place qu’il donne aux filles de la cité en leur confiant un rôle important et concret dans la nouvelle structure qu’il bâtit.
Mais même en amont de ces histoires, sans doute portait-il déjà une part du personnage en lui. N’a-t-il pas levé cette armée d’enfants – comme l’avait fait Pancho Villa lors de sa dernière campagne – avec ce regard si mexicain, qui voulait qu’un individu passât à l’âge adulte au jour de ses six ans ? N’a-t-il pas éprouvé un trouble profond, en caressant sa jambe abîmée et raccourcie d’une très vieille blessure, le jour où il a appris comment Pancho Villa refusant l’amputation a surmonté la gangrène au prix de quatre centimètres de mollet ? Peut-être ne s’approprie-t-il pas la mémoire d’un autre, peut-être se réapproprie-t-il sa propre mémoire.
Comment décrire ce personnages sans passé, avec le passé d’un autre. Les personnages sont avant tout ce qu’ils font. Est-il ce qu’a fait Pancho Villa ? Sans doute en partie.
Il est ce Villa qui retourne voir son vieux compagnon d’arme pour l’entraîner dans une nouvelle campagne. Pour tenter de le convaincre, il l’emmène dans la montagne. Mais le vieux compagnon rechigne : j’ai une femme, j’ai des terres, une ferme. Et Pancho pointe un nuage de fumée dans la vallée : non mon ami, tu n’as plus de ferme, tu n’as plus de femme, tu peux venir avec moi.
Mais c’est avant tout Doroteo, cet homme qui a descendu les flancs des Pyrénées ravagés par les incendies. C’est ce cavalier hors pair qui peut engager son cheval au galop dans une ruelle et négocier un virage à angle droit sans frémir. Ce cavalier qui peut saisir la queue d’un bouvillon, l’enrouler autour de sa jambe, faire chuter l’animal et lui enrouler le lasso autour des pattes avant qu’il n’ait pu se relever.
Doroteo est un héros sanguinaire. Poussé par un désir de vengeance implacable, torturé par l’amour impossible. Il peut être une vraie brute et l’instant d’après, avoir beaucoup de charme et de joie de vivre. Il est à la fois très courageux et très cruel. Chacun de ses actes porte en lui ceux de Francisco Villa.

« Le vieil homme au crâne dégarni a le visage couvert de sueur, rougi par l’effort, mais il ne s’arrête pas. Corps massif, cou de taureau et jambes musclées, léger boitement […] Ses épaules se voutent et lui confèrent la fragilité d’un vieillard. Par instants, il relève sa tête et pointe vers l’avant son menton couvert d’une barbe blanche, il paraît prêt à avaler la montagne. […]Il a l’air dépité en découvrant sa lourde carcasse. Il tâte ses muscles, ouvre sa chemise et soupèse son ventre couvert de cicatrices. Puis il fait des grimaces, prend des poses de matamore, dents serrées, sourire carnassier. Il éclate de rire devant son air hirsute et tente en vain de dominer les mèches blanches rebelles sur l’arrière de son crâne et les poils de sa barbe. […]Il se rase la barbe, ne garde que la moustache.« 

Bibliographie

Histoire de savoir de quoi on parle!

Mexique – Pancho Villa

  • Les amis de Pancho Villa – James Carlos Blake, Rivage/Thriller
  • Ombre de l’ombre – Paco Ignacio Taibo II, Rivages/Noir
  • Nous revenons comme des ombres – Paco Ignacio Taibo II, Rivages/Thriller
  • Le rendez-vous des héros – Paco Ignacio Taibo II, Editions Métaillié
  • Le Trésor Fantôme – Paco Ignacio Taibo II, Rivages/Ecrits Noirs
  • Le Mexique Insurgé – John Reed, Seuil
  • Le rêve du Centaure – Montserrat Fontes, Editions Métaillié
  • Mexique – James A. Michener, Pocket
  • Guerre au Paradis – Carlos Montemayor, Gallimard/Du monde entier
  • Diego Rivera – Patrick Marnham, Seuil
  • Diego et Frida – Le Clezio, Folio
  • Sombre comme la tombe où repose mon ami – Malcom Lowry, Denoël
  • La mort d’Artemio Cruz – Carlos Fuentes, Folio
  • Le vieux gringo – Carlos Fuentes, Folio
  • La plus limpide région – Carlos Fuentes, Folio
  • Terra Nostra – Carlos Fuentes, Folio
  • Pancho Villa – Manuel Plana, Casterman
  • La révolution mexicaine – Jean Meyer, Calmann-Levy
  • La conquête du Mexique Hernan Cortés, La Découverte
  • Los De Abajo – Mariano Azuela, Fondo De Cultura Enconimica
  • Fuego En El Norte – Rafael Muñoz, Libro Mex
  • L’aigle et le serpent – Martin Luis Guzman, Gallimard, nrf
  • 50 ans à Hollywood – Raoul Walsh, Ramsey Pocket
  • Avec Pancho Villa – Martin Luis Guzman, Editions Grasset
  • Feuilleton mexicain – Paco Ignacio Taibo II, Éditions Syllepse
  • Como Murió Pancho Villa – Elías L. Torres, El Libro Español, « Editora y Distribuidora »
  • En Selle Avec Pancho Villa – Jean Camp, Editions France Illustration
  • Memoirs of Pancho Villa – Martin Luis Guzman, University of Texas Press
  • ¡Vamonos con Pancho Villa! – Raphael Muñoz
  • Apocalypse et révolution au Mexique – Jean Meyer, Archives Gallimard
  • Mexique – Notre chute dans la modernité – Adolfo Gilly, Éditions Syllepse
  • La Révolution mexicaine, 1910-1920 – Adolfo Gilly, Éditions Syllepse
  • Mémoire et utopie au Mexique – Fernando Matamoros Ponce, Éditions Syllepse
  • La Rébellion indigène du Mexique – Carlos Montemayor, Éditions Syllepse

    Amérique latine

  • Les veines ouvertes de l’Amérique – Latine Eduardo Galeano, Pocket
  • Simon Bolivar le Libertador – Gilette Saurat, Grasset

    Banlieue – enfants soldats

  • J’étais enfant soldat – Lucien Badjoko, Plon
  • Allah n’est pas obligé Ahmadou Kourouma, Points
  • Les islamistes sont déjà là – C. Deloire & C. Dubois, Albin Michel
  • Journal d’un prof de banlieue – Jean-François Mondot, J’ai lu
  • Délit de jeunesse – Isabelle Coutant, éditions la découverte
  • Les « crapuleuses », ces adolescentes déviantes – Stéphanie Rubi, PUF
  • Les enfants assassins – Martin Monestier, Le Cherche-Midi
  • Dembo story – Dembo Goumane, Hachette Littérature

    Services secrets

  • Carnet secrets d’un nageur de combat – Alain Mafart, Albin Michel
  • Carnets intimes de la DST – Eric Merlen & F. Ploquin, Fayard
  • RG la machine a scandales – P. Rougelet, Albin Michel
  • Tous fichés – Jacques Henno, Telemaque

    Monde ouvrier

  • Metaleurop, paroles ouvrières – Frédéric Fajardie, Mille et une nuits
  • Daewoo – François Bon

    Autres ouvrages

  • Don Quichotte – Cervantes, Folio
  • La croisade des enfants – Marcel Schwob, Petite Bibliothèque Ombres
  • La croisade des enfants – Bernard Thomas, Fayard
  • Millennium people – J. G. Ballard, Denoël
  • La vérité sur Cesare Battisti – Fred Vargas, Viviane Hamy
  • Manuscrit trouvé à Saragosse – Jean Potocki, Livre de Poche
  • Le Corsaire Noir et autres romans – Emilio Salgari, Laffont – Bouquins
  • Des enfants sur les routes – Malot, Bruno, Verne, Laffont – Bouquins
  • Filmographie

    A tort et à travers, des films autour de DMM City

    Films de « groupe »

  • ¡Viva Zapata! – Elia Kazan, 1952.
  • Sister Act – Emile Ardolino, 1992.
  • Dangerous minds – John N. Smith, 1995.
  • Grease – Randal Kleiser, 1978.
  • Les Choristes – Christophe Barratier, 2004.
  • The outsiders – Francis Ford Coppola, 1983.
  • Rusty James (Rumble fish) – Francis Ford Coppola, 1983.
  • Le cercle des poètes disparus (dead poets society) – Peter Weir, 1989.
  • Aniki mon frère (Brother) – Takeshi Kitano, 2000.
  • Jeanne d’Arc – Luc Besson, 1999.
  • Spartacus – Stanley Kubrick, 1960.
  • Braveheart – Mel Gibson, 1995.
  • Gladiator – Ridley Scott, 2000.
  • Les 10 commandements – Cecil B. DeMille, 1956.
  • Vercingétorix – Jacques Dorfmann, 2001.
  • When we were kings – Leon Gast, 1996.
  • Lumumba – Raoul Peck, 2000.
  • La cité de Dieu – Fernando Meirelles, 2002.
  • Malcolm X – Spike Lee, 1992.
  • Octobre – Sergei M. Eisenstein, 1927.
  • Apocalypse Now – Francis Ford Coppola, 1979.
  • La croisade des enfants – Téléfilm – Serge Moati, 1987.
  • Films sur Pancho Villa
    [Nous ne sommes pas les seuls à nous intéresser au personnage…]

  • Life of Villa – Christy Cabanne & Raoul Walsh, 1912.
  • Viva Villa! – Jack Conway (I) & Howard Hawks, 1934.
  • El Tesoro de Pancho Villa – Arcady Boytler, 1935.
  • Vámonos con Pancho Villa – Fernando de Fuentes, 1936.
  • Pancho Villa Returns – Miguel Contreras Torres, 1950.
  • The Treasure of Pancho Villa – George Sherman, 1955.
  • El Tesoro de Pancho Villa – Rafael Baledón, 1957.
  • El Secreto de Pancho Villa – Rafael Baledón, 1957.
  • Villa! – James B. Clark, 1958.
  • They Came to Cordura – Robert Rossen, 1959.
  • Pancho Villa y la Valentina – Ismael Rodríguez, 1960.
  • And Should We Die – Judge Whitaker, 1966.
  • Los Siete de Pancho Villa – José María Elorrieta, 1967.
  • Un Dorado de Pancho Villa – Emilio Fernández, 1967.
  • Villa Rides – Buzz Kulik, 1968.
  • Pancho Villa – Eugenio Martín, 1973.
  • Entre Pancho Villa y una mujer desnuda – Sabina Berman & Isabelle Tardán, 1995.
  • And Starring Pancho Villa as Himself – Bruce Beresford, 2003.
  • Vieux héros fatigués

  • La horde sauvage (the wild bunch) – Sam Peckinpah, 1969.
  • Assassination Tango – Robert Duvall, 2002.
  • Unforgiven – Clint Eastwood, 1992.
  • Robin and Marian (la rose et la flèche) – Richard Lester, 1976.
  • Autres films

  • L’étrange aventure de Me. Muir – Joseph L. Mankiewicz, 1947.
  • Butch Cassidy and the Sundance Kid – George Roy Hill, 1969.
  • Lone Star – John Sayles, 1996.
  • Assassination Tango – Robert Duvall, 2002.
  • Séries

  • Twin Peaks – David Lynch, 1992.
  • Berlin Alexanderplatz – R.W. Fassbinder, 1980.
  • La cité de des hommes – Fernando Meirelles, 2003.
  • 24 heures chrono – Joël Surnow, 2001-.
  • Lost – J.J. Abrams, 2005-.
  • Ridget I et Ridget II – Lars Von Trier, 1994-1997.
  • The X-Files – Chris Carter, 1993-2002.
  • Productrice

    Je présente le joli dossier de DMM City à la productrice avec qui je travaille presque toujours, Sophie Goupil.
    Elle me dit quelque chose comme: « tu es cinglé, comment veux-tu que je produise un truc pareil! »

    C’est bon signe, je pense que Les Poissons Volants, sa société de production, produira le projet.

    Ça devient « DMM City »

    Et puisque ça ne se passe jamais comme on l’attendait, le western mexicain devient DMM City.

    Au milieu du mois d’août, existe un texte qui n’est pas si éloigné de la présentation d’aujourd’hui.
    Le synopsis s’enrichit d’une présentation des personnages, d’une note d’intention, de quelques séquences.

    J’ai brassé large. DMM City a avalé nombre de projets que j’avais en tête. Il a grossi, il s’est étendu. On peut aisément le qualifier de « baroque ».

    Je n’ai jamais écrit pour la télévision jusque là. Je me suis cantonné au cinéma et à la radio.
    Mais là, je le sens, il s’agit de télévision.
    Un feuilleton, indéniablement. Je le sens. 26 épisodes!

    Ça a commencé comme ça

    C’est l’été. Tous les projets sur lesquels je travaillais sont terminés.
    Je sors et trie les vieux papiers.
    Et je tombe sur une idée qui traîne dans un coin de mon esprit depuis bien longtemps: écrire un Western qui se passerait au Mexique et qui relaterait la dernière campagne de Pancho Villa, celle pour laquelle il ne trouve plus même de combattant, celle pour laquelle il est obligé de lever une armée d’enfants. Les enfants et Pancho Villa.
    A l’appui de cette idée, j’ai une liste qui est punaisée face à mon bureau depuis des années, une listes des vieux acteurs de Western avec lesquels j’aimerais travailler. Ces acteurs ont la mauvaise habitude de mourir régulièrement. Il est temps de faire quelque chose!

    Casting film « Mexique »

  • Tous les enfants
  • et aussi:

  • Michel Piccoli (1925-) Pancho Villa
  • Benicio del Toro (1967-)
  • Clint Eastwood (1930-)
  • Paul Newman (1925-)
  • Tomy Lee Jones (1946-)
  • Donald Sutherland (1935-)
  • Kirk Douglas (1916-)
  • Marlon Brando (1924-)
  • Claudia Cardinal (1938-)
  • Shirley Temple (1928-)
  • Maureen O’Hara (1920-)
  • Robert Vaughn (1932-)
  • James Garner (1928-)
  • Eli Wallach (1915-)
  • James Cromwell (1940-)
  • Trop tard pour ceux-là…

  • Charles Bronson (1921-2003)
  • Lee Marvin (1924-1987)
  • Robert Mitchum (1917-1997)
  • Steve Mc Queen (1930-1980)
  • Horst Buchhola (1933-2003)
  • Yul Brynner (1915-1985)
  • Brad Dexter (1917-2002)
  • James Coburn (1928-2002)
  • Lee Van Cleef (1925-1989)
  • Henry Fonda (1905-1982)
  • Jason Robards (1922-2000)
  • John Wayne (1907-1979)