Naufragé volontaire

Un film de Didier Nion
Écrit par Didier Nion, Thomas Cheysson et Yves Nilly
Produit par Balthazar Productions

[Écriture terminée, tournage terminé, montage en cours, sortie début 2017]

Ce film s’inspire de l’aventure tentée en 1952 par Alain Bombard : survivre soixante-cinq jours sur un canot pneumatique, sans réserves d’eau ni de nourriture, avec pour seul équipement quelques outils rustiques, et montrer ainsi la voie à tous les naufragés. Puisant dans son récit, ce film explore les différents moyens de survie, humains et matériels qui permettent de retourner parmi les hommes. La déveine et la chance, l’alternance de l’exaltation et du renoncement, les circonstances et le courage personnel… Le film prend la mesure de cette expérience limite qu’est la survie.
À travers l’histoire de ce naufragé volontaire, le film fait apparaître un voyage initiatique. Il présente un état extrême de la condition de l’homme solitaire, de la suprématie de l’esprit sur le corps, et de ce qui le garde en vie : la capacité à imaginer, créer, persévérer, aimer. Cela vaut pour les naufrages en mer comme pour d’autres naufrages, plus sourds, plus quotidiens, moins spectaculaires : il est difficile de survivre, plus difficile encore de vivre.

Le film fait corps avec le radeau sur l’océan et renoue avec la grande aventure.

[Tous les articles à propos du Naufragé volontaire.]

Une réflexion au sujet de « Naufragé volontaire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *