Archives de catégorie : Expédition taxi-maboule

Le Monde Afrique partenaire de « Expédition taxi-maboule »

le monde afrique Le Monde Afrique est partenaire du feuilleton « Expédition taxi-maboule ». Retrouvez les articles consacrés au feuilleton sur leur site:

Ruben Um Nyobé

Ruben Um NyobeDans l’épisode 7, diffusé ce soir, Félix Moumié parle:
« Ruben, mon frère, mon ami, mon prédécesseur à la tête de l’UPC. Abattu par l’armée française le 13 septembre 58, il y deux ans. Localisé grâce à des indiscrétions, après de longs mois de traque meurtrière où tous ses partisans ou presque furent tués ou capturés les uns après les autres. Mon ami fut exécuté de plusieurs balles. Après l’avoir abattu, les soldats français traînèrent son corps dans la boue, cela le défigura, sa peau, son visage furent déchirés. On voulait simplement le ramener à une masse informe, détruire sa part humaine. C’est pour la même raison qu’ils ordonnèrent que la tombe soit anonyme.
Nous l’avons laissée ainsi. Parce que la masse informe et inhumaine c’est la France. Cette tombe est en réalité celle de ses bourreaux.
Après l’assassinat, l’homme de confiance de ton père, celui qui exécutait ses basses besognes, l’informa que régnait désormais une « situation détendue » dans la région.
Ton père n’était plus Haut-Commissaire du Cameroun lorsque l’assassinat eut lieu, il venait d’être nommé Haut-Commissaire de l’Afrique Équatoriale française, ce qui lui permet sans doute aujourd’hui encore de s’en laver les mains. Mais ne te méprends pas, c’est bien lui qui a organisé la traque et ordonné l’exécution de mon frère. »

Félix Moumié

Felix MoumieDans l’épisode 7 aujourd’hui:

Félix Moumié, personnage pivot de « Expédition taxi-maboule ».
Dans le feuilleton, il n’a que trente ans. Déjà traqué, déjà en fuite. L’Union des populations du Cameroun (UPC), le mouvement politique auquel il appartient a été interdit par les Français, ses militants pourchassés, son fondateur assassiné sur ordre direct du Haut-commissaire du Cameroun à l’époque.
Moumié est parti au Soudan, en Égypte, certains disent en Chine. Mais il n’est pas resté caché, il est allé dénoncer la France à l’ONU, puis il est revenu dans un Cameroun indépendant, mais toujours aux ordres de la France. Le combat continue, Moumié tente de mettre sur pied une armée de guérilla, l’Armée de Libération Nationale Kamerunaise (ALNK). C’est une tâche particulièrement ardue en pleine forêt équatoriale.
[Félix Moumié fut empoisonné au thallium par les hommes du SDECE à Genève le 30 septembre 1960.]

Ernest Hemingway

Le voilà, il arrive ce soir dans l’épisode 6, tout en barbe et en chair.
Hemingway est un personnage central du feuilleton.
Doit-on le présenter ? Écrivain et adepte des causes désespérées. Chasseur et pêcheur au gros. Grand buveur devant l’éternel. S’est-il assagi en recevant le prix Nobel : la preuve que non !
Au Cameroun, notre Hemingway de fiction connaît les militants communistes et révolutionnaires du côté anglais comme du côté français. Ses amis cubains l’introduisent auprès de la guérilla, il connaît les réseaux de trafiquants d’armes et de contrebandiers. L’Afrique équatoriale est l’un de ses terrains de jeu préféré, il y revient sans cesse.
[Ernest Hemingway se suicida le 2 juillet 1961, incapable de supporter les graves séquelles de son accident d’avion africain.]

hemingway

Quelques figures de la lutte pour l’indépendance africaine

Episode 5, ce soir.
Le colonel R. téléphone à Paris:
« La fille du Président, Denise, très bienveillante envers le PLR, on pense qu’elle fricote avec des militants.

Le PLR… rappelez-vous Monsieur le Ministre, Joseph Conombo et Kango Ouédrago ont quitté le PRA pour l’UDV-RDA l’année dernière pendant que Nazi Boni et Joseph Ouédraogo créaient PNV, aussitôt dissout par le Président. Quelques jours plus tard, ils ont créé le PRL. Ce parti ne cesse de naître et de mourir… pour nous faire chier je pense, Monsieur. On a dû sévir, pas le choix. Joseph Ouédraogo, au trou. Nazi Boni s’est tiré, il est ici à Dakar. Mais je crois qu’on a réussi un beau coup de filet hier.

Non, aucun rapport avec votre fils, Monsieur.

J’en parle juste comme ça, en souvenir du bon vieux temps. C’est quand même à cause de tous ces fédéralistes à la con que la Communauté a été dissoute.

À cause de nos magouilles anti-fédéralistes aussi, bien sûr. Je n’avais jamais envisagé la chose sous cet angle.
 »

Nazi Boni Gérard Kango Ouédraogo joseph issoufou conombo Joseph Ouédraogo

Taxi-maboule dans la presse

Banniere

On parle du feuilleton « Expédition taxi-maboule » dans la presse:

Retrouver tous les épisodes sur le site fiction de France Culture.

Et n’oubliez pas la page Facebook du feuilleton.

African Jazz

Dans l’épisode de ce soir, comme tous les soirs, « Indépendance cha cha », de l’African Jazz.
Julien M. explique, dans le premier épisode:
« Xavier-Omar, je le rencontre en janvier, à Bruxelles. Qu’est-ce que je fais là ? Je viens y écouter de la musique. Qu’est-ce qu’il fait là ? Il est là où se joue l’histoire de l’Afrique.
En janvier, à Bruxelles, c’est la table-ronde qui mène à l’indépendance du Congo.
La délégation congolaise se réunit au Plaza, chaque soir après les négociations. C’est l’hiver, ça pèle sec, les délégués sont déprimés. Alors, un fonctionnaire congolais qui travaille au Marché Commun a une idée géniale : il fait venir l’African-Jazz pour recréer l’ambiance congolaise à Bruxelles !
Moi je fonce là-bas, je voulais les écouter : le Grand Kalle et ses musiciens, Roger Izeidi, Pierre Yatula dit Petit Pierre, Déchaud Mwamba et Docteur Nico, et aussi Vicky Longomba et Moango Brazzos, de l’O.K.-Jazz. Tous des artistes incroyables !
Xavier-Omar lui, rêve de rencontrer Lumumba.
Le 27 janvier, tous les deux dans la salle. On se connaît pas. On écoute la même musique. Et c’est là qu’on apprend la nouvelle : l’Indépendance. Et Kalle improvise la chanson. « Nous avons obtenu l’indépendance / Nous voici enfin libres / À la Table ronde nous avons gagné / Vive l’indépendance que nous avons gagnée. » Une vraie improvisation, il ajoute des strophes au fur et à mesure en lisant les noms inscrits sur un petit papier, Lumumba, Kasabuvu, Tshombe, Kamitatu…
Xavier-Omar et moi, on danse. Toute la nuit. »

Expédition taxi-maboule

Feuilleton radiophonique de Thomas Cheysson et Yves Nilly
Dix épisodes mis en onde par Jean-Matthieu Zahnd
Diffusé par France Culture du 2 au 13 février 2015 à 20h30

 

Au cœur de l’été 1960, les colonies françaises d’Afrique noire s’apprêtent à célébrer leur indépendance.

Julien, dilettante des beaux quartiers, Patrice, frais émoulu de l’ultime promotion de l’École coloniale, accompagnés de Suzanne, ethnologue, et Xavier-Omar, étudiant en médecine martiniquais, débarquent à Dakar.

Ils ont imaginé un spectacle pédagogique itinérant qui célèbre près de deux cents ans de génie colonial français, tout en reconnaissant les méfaits et dérives de la France et de ses élites en Afrique.

Expédition taxi-maboule[1] raconte cet été 1960, historique et extraordinaire pour la France et l’Afrique, au fil d’une extravagante expédition qui vire à l’odyssée puis se disloque sous la fureur et les jets de pierre de villageois et dans le crash de l’aéroplane d’Ernest Hemingway, au fin fond de la forêt équatoriale camerounaise. La mèche est allumée, rien ne semble pouvoir l’éteindre. Au cœur d’une indépendance qui se conquiert désormais les armes à la main, les jeunes gens vont de rencontres étonnantes en aventures périlleuses. Traqués par les services secrets français, ils s’abandonnent à la violence de cet été africain de tous les dangers.

[1] Le taxi-maboule est une brouette qui sert à transporter les objets encombrants, du frigo à la grand-mère, et connu pour écraser tout sur son passage.

facebook_thumb1 facebook

lock-icone-3949-128 Presse

Mise en onde

Mise en onde du feuilleton « Expédition taxi-maboule »:

 Réalisation  Jean-Matthieu Zahnd
Écriture Thomas Cheysson & Yves Nilly
Direction littéraire Emmanuelle Chevrière
Musique et chant André Ze Jam Afane
Kora et flûte Simon Winse
Guitare et percussions Seny Samb
Accordéon Johann Rich
Bruitages Bertrand Amiel

Équipe de réalisation: Philippe Bredin, Sébastien Labarre, Louise Loubrieu.

Casting du feuilleton

Casting du feuilleton « Expédition taxi-maboule »:

Ernest Hemingway  Jean-Paul Bordes
Xavier-Omar Jean-Christophe Folly
Julien Jonathan Cohen
Patrice Benjamin Bellecour
Suzanne Elodie Huber
Colonel Maurice R. Alain Fromager
Ahmed Abdel Aboualiten
Aboubacar André Ze Jam Afane
 Denise Y Jade Herbulot
 Félix Moumié Julien Bissila

Et aussi: Alain Aithnard, Pierre Baux, Jean Bediédbé, Pjilippe Bredin, Sophie Bezard, Lamine Diarra, Paulin Fodouop, Sébastien Labarre, Laurent Lederer, Manon Leroy, Louise Loubrieu, Babacar M’Bay Fall, Jonathan Man-zambi, Mariann Matheus, Pascal Nzonzi, Dominique Parent Jean-Baptiste Tiémélé, Tadié Tuéné.

Hemingway…

« C’est un livre extraordinaire, conclut Chum Boykins, agent littéraire chez Boykins Literary Agency, mais je ne vous apprends rien, bien sûr. […] Vous voulez un café ?
— Sucre, grogna l’ours, prononçant avec soin le mot le plus important de son maigre vocabulaire.
— Margaret, apportez-nous un café, voulez-vous, avec beaucoup de sucre. Merci. » Boykins sourit à l’ours. « Personne ne vous a jamais dit à quel point vous ressemblez à Hemingway ?
— Qui ?
— Qui, en effet ! Il se peut fort bien que vous soyez celui qui va le reléguer dans l’oubli. »

« L’ours est un écrivain comme les autres« , William Kotzwinkle, 1996, Éditions Cambourakis.

L'ours

« Watchmen » de Zack Snyder

Il y a quelques années, il y avait l’affreux 300. Un ennui profond. La direction d’acteur, la mise en scène, l’esthétique même: tout y est insistant.

Deux ans plus tard, en 2008, lorsqu’était sorti Watchmen, je n’y étais pas allé. C’était une erreur.

Avec Yves, nous travaillons depuis longtemps sur la notion d’uchronie (procédé consistant à introduire un événement de fiction dans une situation historique existante pour jouer avec les conséquences possibles). Nous avons peu de succès, trop déstabilisant et déroutant.

En 2007, Philip Roth écrit Le complot contre l’Amérique dans lequel il raconte la victoire de Charles Lindbergh contre Roosevelt aux élections présidentielles de 1940, la peur des Juifs américains, le refus des Etats-Unis d’entrer en guerre contre l’Allemagne nazie. Mais ça reste de la littérature, toujours difficile de convaincre qu’un procédé littéraire est transposable au cinéma ou à la télévision.

Revenons à Watchmen. Le scénario est exemplaire. Le prologue du film définit le postulat : une réalité américaine dans lequel il introduit des super-héros; lesdits super-héros participent à la fin de la guerre du Viêt Nam; les Etats-Unis remportent le conflit. Le film se déroule en 1986: Nixon a été réélu pour un troisième mandat.

Aucun complexe, remarquablement écrit. Simple et efficace. La réalisation reste très tape-à-l’oeil, mais le film emporte le morceau!