« Casting », Annemarie Schwarzenbach

Nous avons rencontré Véronique Aubouy.
Je connais Véronique depuis presque 15 ans. Depuis longtemps, nous avons envie de travailler ensemble. L’occasion ne s’était jamais présentée.

Véronique est une réalisatrice acharnée. Elle réalise depuis des années un film marathon, Proust Lu. Elle sillonne la France et le monde pour faire lire et filmer, page après page, A la recherche du temps perdu. Le film fait aujourd’hui 120 heures, il est encore loin d’être achevé. Je reviendrai dessus, disons simplement que le résultat est étonnant et formidable: contre toute attente, c’est vraiment du cinéma!

Aujourd’hui, nous discutons avec Véronique pour l’écriture de son prochain film.

L’idée de son film, Casting, est de faire, à travers tout le travail de casting d’un film, le portrait d’une romancière suisse des années 30 : Annemarie Schwarzenbach.

L’année dernière Véronique a fait une performance au Centre culturel Suisse de Paris à l’occasion des 100 ans de la naissance
d’Annemarie Schwarzenbach. Intitulée « Casting », cette performance mettait sur scène 12 potentielles Annemarie Schwarzenbach, jeunes actrices (et acteur) qui, en passant le casting pour l’interpréter, reconstituaient ensemble un portrait fragmenté de cette figure historique.

Le résultat était surprenant : Annemarie était là, apparaissant furtivement chez l’un, chez l’autre de ces acteurs, et des pans de sa vie avaient été évoquées là, devant nous. C’est là que l’idée lui est venue d’un film documentaire sur Annemarie Schwarzenbach qui emprunterait la forme d’un casting, et mettrait en scène sa fascination pour elle.

Si Véronique souhaite évoquer la personne d’Annemarie Schwarzenbach par le film, ce n’est pas pour la figer dans un portrait  historique (quoique ce personnage soit au centre de l’Histoire), mais pour tenter de s’approcher d’elle au plus près, de sa sensibilité, de ses émotions. Et cela en tentant, par l’intermédiaire des jeunes gens convoqués pour le casting, de la capter au sein de notre époque, de saisir des résurgences, des respirations de cette Annemarie dans la jeunesse d’aujourd’hui. Que sont devenues ses convictions politiques, ses émois d’amoureuse, ses aspirations à l’ailleurs, son talent immédiat d’écriture, son rapport à l’addiction ?…

« Pour Annemarie, en la remerciant de promener sur
cette terre son beau visage d’ange inconsolable »
Roger Martin du Gard

Au travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *